Le père Lataste

Dieu ne nous demande pas ce que nous avons été, il n'est touché que de ce que nous sommes.

Né à Cadillac en septembre 1832, Alcide fait ses études au petit séminaire de Bordeaux. Puis au collège de Pons. Après son baccalauréat, il rentre dans l’administration des contributions directes, où il travaillera jusqu’en 1857.

En juin 1853, il rencontre Cécile de Saint-Germain. Deux ans plus tard, il est éprouvé par la mort de sa sœur, puis par celle de Cécile. Il est muté à Pau, et s’engage auprès des pauvres.

Il entre au noviciat des frères prêcheurs à Flavigny, en novembre 1857, après avoir rencontré Lacordaire. En 1863, le frère Jean-Joseph Lataste est ordonné prêtre et assigné à Bordeaux.

Septembre 1864 : le voilà à pied d’oeuvre, il prêche la retraite aux détenues de la centrale de Cadillac, dans l’ancien château des ducs d’Épernon, transformé en « maison de force ». Il annonce la miséricorde de Dieu désireux d’offrir, dans l’instant, son pardon à tout être humain qui se détourne du mal. Il recommence l’année suivante et dit de ces rencontres qu’il a vu des merveilles et aperçu les secrets de Dieu. Il propose alors la vie religieuse à celles qui, une fois libérées de leur peine, avaient pour vocation de se consacrer à Dieu.

C’est ainsi qu’il fonde en 1866 la communauté dominicaine des sœurs de Béthanie à Frasne le Château, pour les femmes qui sortent de prison et qui veulent devenir religieuses. Béthanie accueille indifféremment les jeunes filles de bonne famille et les sorties de prison, dans la discrétion la plus absolue sur le passé, car c’est la même main de Dieu qui relève et qui protège. Là, religieuses au parcours classique et « réhabilitées » vivent unies dans la même consécration, car le Seigneur ne regarde pas les péchés passés, mais la manière dont les hommes aiment.

Le père Lataste s’engage corps et âme dans ce geste politique et prophétique à la fois, totalement inédit jusqu’alors. Épuisé par une longue maladie, il meurt le 10 mars 1869, à l’âge de trente six ans. Il sera béatifié le 3 juin 2012.

 

Bibliographie :

Le Père Lataste, prêcheur de la miséricorde. De la prédication aux détenues à la  fondation des Dominicaines de Béthanie. Textes présentés par Jean-Marie Gueullette, Cerf, 1992

Sœur Emmanuelle-Marie o.p., Marie-Madeleine a encore quelque chose à nous dire. L’utopie de Béthanie, Nouvelle Cité, 1986

Monique Longueira, Prier 15 jours avec le père Jean-Joseph Lataste, dominicain, « apôtre des prisons », Nouvelle Cité, 2012

Share on Google+Share on FacebookEmail this to someonePrint this page